Le 11 septembre, vingt ans plus tard


Par The Saker − Le 11 septembre 2021 − Source The Saker blog

Vingt ans se sont écoulés depuis le 11 septembre, alors où en sommes-nous aujourd’hui ?  Je vais donner mes réponses courtes sous forme de points et vous laisser ensuite réfléchir à vos propres conclusions.  Voici les miennes :

De nombreux ingénieurs, architectes, chimistes, chercheurs et autres ont prouvé au-delà de tout doute raisonnable que le 11 septembre était une démolition contrôlée.

Il existe une prépondérance de preuves très fortes, bien qu’indirectes, que les Israéliens étaient profondément impliqués et qu’ils avaient des complices à l’intérieur des États-Unis.

À partir des deux éléments ci-dessus, je pense qu’il est raisonnable de supposer que les Israéliens travaillaient avec les néoconservateurs américains sur un projet commun.

Certaines parties d’Al-Qaeda (qui est une création de la CIA en premier lieu !) ont été activées par les États profonds américains et israéliens (qui essaient toujours de diriger les Takfiris), mais seulement pour jouer le rôle de pigeon (il y avait bien quelques Saoudiens et vrais avions, mais ils n’ont pas abattu de bâtiments à New York).

Je ne sais toujours pas ce qui s’est réellement passé au Pentagone, mais je pense que nous pouvons considérer l’idée que les avions au-dessus de Washington et de New York ont été pilotés à distance comme une bonne hypothèse de travail (qui doit encore être prouvée).

Les armes à énergie dirigée, les missiles de croisière nucléaires de la marine russe, les mini-bombes nucléaires et autres sont de la grossière désinformation répandue par l’État profond américain pour troubler ceux qui cherchent la vérité au sujet du 11 septembre.  Elles n’ont été que modérément efficaces et n’ont convaincu qu’un genre, disons, spécifique de « vérificateurs » qui ont tous été rejetés comme des idiots (au mieux) par le mouvement dominant autour du 11 septembre.

La vérité sur le 11 septembre est en train d’acquérir lentement le « statut JFK », c’est-à-dire que « tout le monde soupçonne ou sait, mais personne ne s’en soucie vraiment ».  C’est une vieille info, surtout dans une société dont la capacité d’attention se situe entre 2 minutes et 2 jours.

Le véritable objectif du 11 septembre était de créer un « prétexte patriotique » pour lancer la Grande Guerre contre le Terrorisme et transformer l’ensemble du Moyen-Orient en une entité obéissante comme l’est la Jordanie.

La Grande Guerre contre le Terrorisme a été un échec total et l’une des pires campagnes militaires de l’histoire.

Le plan visant à créer un « nouveau » Moyen-Orient a totalement échoué et a finalement résulté en un environnement anti-israélien plus fort qu’avant le 11 septembre.  Le fait que des médailles soient distribuées à la tonne ne signifie rien : après l’échec de Grenade, l’oncle Shmuel a distribué plus de médailles que de participants à toute l’opération.

L’Empire anglo-sioniste est mort le 8 janvier 2020 et les États-Unis, tels que nous les connaissions, sont morts le 6 janvier 2021 (voir ici pour une discussion détaillée de ces dates et du contexte), presque exactement un an plus tard.

En étant assassiné par les États-Unis, le général Soleimani a remporté la plus grande victoire de sa vie.

Les États-Unis devront quitter l’Irak et la Syrie plus tôt que prévu.

L’entité sioniste qui se fait appeler « Israël » traverse actuellement une crise politique majeure, voire une crise existentielle, et est désormais dans les cordes et désespérée.  Elle le cache juste bien mieux que les propagandistes américains.  Mais les Palestiniens le sentent, tout comme un bon nombre d’Israéliens.

Biden et « Biden » se battent maintenant pour leur vie politique non seulement à cause de « Kaboul » mais aussi à cause de la façon dont Biden vient de déclarer la guerre à ceux qui refusent les vaccins.

Les anti-vax peuvent être beaucoup de choses, mais personne ne peut leur nier les qualités suivantes : ils sont très fortement motivés, pour eux la question n’est pas médicale, mais une question d’image de soi, d’identité et de résistance à la tyrannie.  D’accord, certains céderont finalement, mais beaucoup ne le feront pas.  C’est pourquoi je crois fermement que la « déclaration de guerre » de Biden contre les « déplorables » non vaccinés (il n’a pas utilisé ce mot, mais son mépris et sa haine étaient évidents) est une énorme erreur.  Au moins aux États-Unis, je crois qu’il y a beaucoup d’anti-vax qui préfèrent mourir dans une fusillade plutôt que d’être vaccinés (ce qui, selon eux, nuira à leur santé ou les tuera dans quelques années).  En d’autres termes, je ne crois pas que « Biden » ait les moyens de forcer plus de 80 millions d’anti-vax à se faire vacciner, en fait, son discours tout entier a été une gifle très agressive au visage de millions d’Américains.  La violence est presque inévitable maintenant.  D’abord des incidents isolés, mais peut-être aussi quelque chose de plus important.

L’économie américaine n’est pas en croissance ou en reprise.  Ce n’est qu’un jeu de chiffres ou de « statistiques » au sens où l’entend Churchill.  La vérité, c’est que le pays se désagrège et devient lentement un « tiers-monde » (d’accord, il y a déjà beaucoup de régions « tiers-mondisées » aux États-Unis, mais elles vont encore s’agrandir).  La véritable économie chinoise est environ 1,5 fois plus importante que la véritable économie américaine.  Point, set et match pour la Chine.  Par ailleurs, l’économie russe réelle est comparable ou supérieure à l’économie allemande réelle, et l’économie russe s’est à peu près remise de la crise du COVID (mais ce n’est pas fini, les cas sont toujours en hausse dans certaines régions de Russie).

L’armée américaine a totalement perdu sa capacité à fonctionner comme une véritable armée.  Idem pour l’OTAN.  Ils ont été publiquement humiliés à peu près partout où ils ont mis les pieds. Ce processus est désormais irréversible. Point, set et match pour la Russie, la Chine et l’Iran.

Sur le plan interne, les États-Unis perdent leur cohésion et ce processus centrifuge est accéléré par les politiques internes vraiment insensées de « Biden » (rien que le Woke et la Covid sont une déclaration de guerre contre des millions d’Américains).  Je ne suis pas du tout convaincu que « Biden » puisse mettre au pas des États comme la Floride ou le Texas.  Je ne ferai pas d’autres commentaires sur la situation interne des États-Unis, mais il fallait le mentionner.

Conclusions

Comme pour toutes les politiques néoconservatrices, elles semblent initialement « brillantes » pour finir en un abject bourbier et les néoconservateurs sont détestés par à peu près tout le monde.

Les Talibans ont gagné la Grande Guerre contre le Terrorisme (même à son meilleur, l’oncle Shmuel « contrôlait » environ 40% du pays, au maximum !)

Toute la zone B (Russie / Chine) et une grande partie de la zone A (Occident) s’en rendent compte maintenant (qu’ils l’admettent ouvertement ou non).

Il y a de fortes chances que le désastre public en Afghanistan oblige maintenant les Européens à prendre leurs distances par rapport à un Big Brother clairement sénile, dément et faible.

Le noyau de l’anglosphère (Royaume-Uni/CA/NZ/AUS) semble se consolider autour des « États-Unis de Biden », ce qui pourrait les mettre sur une trajectoire de collision avec l’UE.  Nous n’en sommes pas encore là, mais c’est vers cela que nous nous dirigeons.

La pandémie de COVID a effectivement « explosé » toutes les sociétés de la zone A, qui sont maintenant toutes dans un état de pré-guerre civile de faible intensité.  Je ne vois pas ce que l’on pourrait faire pour changer cela.

La pandémie de COVID ne fera qu’empirer, ce qui ne fera que déclencher davantage de tentatives de la part des gouvernements de la zone A pour essayer de forcer leur population à « obéir », ce qui, à son tour, ne fera que déstabiliser davantage tous, je répète, TOUS les régimes au pouvoir dans la zone A.

La conclusion est la suivante : Le 11 septembre et la Grande Guerre contre le Terrorisme étaient des succès tactiques initiaux, de très courte durée, qui ont abouti à un désastre stratégique ou, mieux, à un effondrement stratégique de l’empire anglo-sioniste et des États-Unis.

Et, enfin, ceci.  Je ne peux pas le prouver, mais ma lecture de l’histoire moderne et des effondrements de régimes m’amène à croire ce qui suit :

J’ai toujours dit que les politiques américaines, internes et externes, ne sont pas vraiment le résultat d’une planification minutieuse, mais plutôt le résultat de divers intérêts/entités qui utilisent leur influence et leur pouvoir pour « tirer » les politiques américaines dans le sens qu’ils souhaitent.  Et comme il y a BEAUCOUP d’intérêts/entités différents, surtout dans les cas importants, ce que nous voyons n’est pas un « résultat politique » mais seulement un « vecteur de somme », un « résultat » qui est la somme de toutes les différentes pressions et de la force relative des personnes qui exercent ces pressions.

Je pense que ce processus n’a été qu’amplifié, mais d’un ordre de grandeur. Ce que nous voyons aujourd’hui dans les élites dirigeantes américaines, c’est un énorme « couvre tes arrières », « cours pour ta vie », « protège-toi et ton avenir » et même « attrape tant que tu le peux encore » et PAS, je répète, PAS de « vraies » politiques.  Ceux qui croient à une grande conspiration ne réalisent pas que ce qui s’est passé à Kaboul n’est pas l’exception, c’est la règle !  Kaboul a été un projecteur géant qui a finalement montré le vrai visage de l’armée américaine à la planète entière : pas le genre d’hallucinations patriotiques délirantes à la Tom Clancy ou Hollywood, mais la « vraie réalité » filmée « sur le terrain » par des téléphones portables bon marché mais omniprésents, par des militaires afghans et même américains/OTAN !

Le problème pour les patriotes délirants est le suivant : loin d’être des « agents de Poutine » ou quoi que ce soit de ce genre, les millions de personnes qui possèdent des téléphones portables avec appareil photo (aussi vieux et bon marché soient-ils) produisent un tel volume de données brutes qu’il est impossible de les supprimer.  Il en va de même pour les Israéliens, qui ont payé un prix énorme en termes de « perte de propagande de guerre », puisque les Palestiniens (et un certain nombre d’Israéliens aussi !!) utilisent désormais leurs téléphones portables plus efficacement que n’importe quelle roquette palestinienne ou n’importe quel kamikaze. C’est également ce qui a fait échouer les récentes élections américaines : l’omniprésence des téléphones portables (et des caméras de vidéosurveillance).

Si l’on imagine la machine de propagande américano-israélienne comme un animal énorme et puissant (des MILLIARDS sont investis dans cette machine), on peut considérer les pauvres gens opprimés qui ont des téléphones portables bon marché comme des fourmis rouges.  Concluons en disant que le temps n’est pas du côté du gros animal puissant et lourd, mais du côté des fourmis rouges.

Andrei

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone
Adblock test (Why?)

Source : Lire l'article complet par Le Saker Francophone

À propos de l'auteur Le Saker Francophone

« Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent. »Un groupe de citoyens francophones qui désire faire partager au public francophone des analyses venues du monde entier et exprimées dans d'autres langues. Rendre accessible la pensée dissidente où qu'elle se trouve.Ce site est une émanation du Saker US mais avec notre propre sensibilité francophone.Nous n'avons pas besoin de vos dons, nous sommes tous bénévoles, mais vos talents sont bienvenus si vous avez des dispositions pour la traduction (anglais, allemand, russe, etc.) et aussi pour la relecture en Français

Réagissez à cet article

Recommended For You