La Chine et les États-Unis sont au bord de la guerre

par Eric Zuesse.

Les néoconservateurs sont un cancer politique parmi nous.

En ce moment même, les néoconservateurs dont Biden s’est entouré menacent de l’accuser d’avoir « perdu Taïwan » si Biden revient sur ses nombreuses menaces à l’égard de la Chine, menaces selon lesquelles le gouvernement américain reviendrait sur la politique américaine d’une seule Chine, en vigueur depuis le « communiqué de Shanghai » du 28 février 1972, lorsque le gouvernement américain a signé avec la Chine la promesse et l’engagement suivants :

« Les États-Unis reconnaissent que tous les Chinois des deux côtés du détroit de Taïwan soutiennent qu’il n’y a qu’une seule Chine et que Taïwan fait partie de la Chine. Le gouvernement des États-Unis ne conteste pas cette position. Il réaffirme son intérêt pour un règlement pacifique de la question de Taïwan par les Chinois eux-mêmes ».

Si Biden s’en tient à cela et ne met pas à exécution ses menaces d’invasion de la Chine par l’Amérique si une guerre éclate entre Taïwan et la Chine, alors les néoconservateurs diront que les États-Unis, sous la direction de Biden, n’ont pas réussi à « défendre leurs alliés » et que, par conséquent, la Chine aura effectivement battu l’Amérique pour devenir la première puissance, sous sa direction – simplement parce qu’il a refusé de changer la politique américaine de la manière dont les néoconservateurs (le « complexe militaro-industriel » américain ou « MIC » ou les fabricants d’armes – et leurs nombreux lobbyistes et partisans au Congrès, dans la presse et ailleurs) l’ont récemment exigé.

La CIA créée par Truman édite, et même écrit, Wikipedia ; et, ainsi, l’article de Wikipedia sur « Taïwan » s’ouvre en disant « Taïwan, officiellement la République de Chine (ROC) est un pays d’Asie de l’Est ». Mais cette affirmation que Taïwan est « un pays », au lieu d’une province de la Chine, est un mensonge, non seulement parce que Taïwan (malgré sa propagande exhortant l’ONU à l’accepter comme nation membre de l’ONU) n’a pas été acceptée par l’ONU comme nation membre. Mais cette affirmation selon laquelle Taïwan est « un pays » et non une province de la Chine est un mensonge, non seulement parce que Taïwan (malgré sa propagande exhortant l’ONU à l’accepter en tant que nation membre de l’ONU) n’a pas été acceptée par l’ONU en tant que nation membre, mais aussi parce que le gouvernement américain lui-même a promis, en 1972, qu’en fait et en principe, les États-Unis s’opposent à toute demande qui pourrait être faite par un gouvernement de Taïwan de devenir une nation séparée – ne faisant plus partie de la Chine.

Depuis 1972, toute demande de ce type émanant d’un gouvernement de Taïwan viole la politique officielle du gouvernement américain depuis 1972, et n’est qu’une autre partie de la pensée magique du MIC, selon laquelle l’Amérique envahira la Chine. Ainsi, la demande des néoconservateurs pour que le gouvernement américain soutienne une déclaration publique du gouvernement de Taïwan selon laquelle il ne fait plus partie de la Chine, fait partie de la pression exercée sur Biden pour qu’il cède au lobby du Pentagone (qui l’a largement fait devenir président). Les menaces de Biden peuvent être faites dans le but de satisfaire ses bailleurs de fonds, mais s’il met ces menaces à exécution, il y aura alors une guerre entre l’Amérique et la Chine.

La Chine insiste sur le fait que les Chinois anticommunistes qui, en 1945, se sont enfuis sur l’île chinoise de Formose ou Taïwan – que le Japon avait conquise et occupée militairement entre 1895 et 1945 – ont illégitimement contrôlé ce territoire, tout comme les Japonais l’avaient illégitimement contrôlé entre 1895 et 1945. La Chine affirme donc que Taïwan reste et est restée une province de la Chine, comme c’est le cas depuis au moins 1683, lorsque la dynastie chinoise des Qing a officiellement déclaré qu’elle faisait partie de la Chine. Taïwan a été gouvernée de cette manière jusqu’en 1895, date à laquelle le Japon a conquis la Chine et où l’une des dispositions du traité de paix stipulait que Taïwan ferait désormais partie du territoire japonais et ne serait plus chinoise.

Après la Seconde Guerre mondiale, lorsque l’Amérique de Roosevelt était alliée à la Chine contre le Japon, l’Amérique de Truman (à l’origine du néoconservatisme, ou impérialisme américain déclaré) a soutenu les Chinois anticommunistes, et non la Chine continentale, et a donc généralement soutenu l’indépendance de Taïwan par rapport au continent. Toutefois, cet intense néoconservatisme américain trumanesque a pris fin officiellement avec le communiqué de Shanghai de 1972. Et Biden se demande maintenant si l’Amérique va entrer en guerre pour non seulement rétablir, mais maintenant intensifier encore, la poussée néoconservatrice et impérialiste des États-Unis de Truman – dépassant même Truman.

Voici comment cela se passe actuellement :

Le 10 septembre, le Financial Times titrait « Washington risque l’ire de Pékin sur la proposition de renommer le bureau américain de Taïwan » et rapportait que les néoconservateurs faisaient pression sur Biden pour qu’il modifie le statut diplomatique du « bureau de représentation de Taïwan à Washington » afin qu’il devienne, de fait, une ambassade nationale. « Une décision finale n’a pas été prise et nécessiterait que le président Joe Biden signe un ordre exécutif ». Ce décret mettrait fin, dans ses implications, au communiqué de Shanghai et reviendrait à la politique « anticommuniste » dure (mais en réalité pro-impérialiste) dans laquelle le gouvernement américain rapprochera ses armes (et peut-être aussi ses soldats) suffisamment de la Chine pour pouvoir l’anéantir en dix minutes par une attaque nucléaire surprise qui éliminerait les capacités de riposte de la Chine. Ce serait encore pire que la crise des missiles de Cuba de 1963 qui a mis l’Amérique en danger. Donc, bien sûr, le gouvernement chinois ne tolérerait pas cela. Et ils ne le font pas.

Le 12 septembre, le journal gouvernemental chinois Global Times a publié un éditorial intitulé « Donnez une vraie leçon aux États-Unis et à l’île de Taïwan s’ils le demandent : L’éditorial du Global Times », qui déclarait que :

« Si les États-Unis et l’île de Taïwan changent les noms, ils sont soupçonnés de toucher la ligne rouge de la loi anti-sécession de la Chine, et la Chine continentale devra prendre des mesures économiques et militaires sévères pour combattre l’arrogance des États-Unis et de l’île de Taïwan.

À ce moment-là, la Chine continentale devrait imposer des sanctions économiques sévères à l’île et même procéder à un blocus économique de l’île, en fonction des circonstances ».

Sur le plan militaire, les avions de chasse de la Chine continentale devraient survoler l’île de Taïwan et placer l’espace aérien de l’île dans la zone de patrouille de l’APL. C’est une mesure que la Chine continentale doit prendre tôt ou tard. Le changement de nom fournit à la Chine continentale une raison suffisante pour renforcer notre revendication souveraine sur l’île de Taïwan. Il est prévu que l’armée taïwanaise n’osera pas empêcher les avions de chasse de l’APL de survoler l’île. Si la partie taïwanaise ose ouvrir le feu, la Chine continentale n’hésitera pas à donner aux forces « indépendantistes » un coup décisif et destructeur.

Plus important encore, si la Chine continentale ferme les yeux sur les États-Unis et l’île de Taïwan cette fois-ci, elle ira certainement plus loin dans la prochaine étape. Selon les rapports, Joseph Wu, responsable des affaires extérieures de l’île de Taïwan, a participé aux discussions entre les hauts responsables de la sécurité des États-Unis et de l’île à Annapolis vendredi. La prochaine fois, la réunion pourrait se tenir publiquement, même au département d’État américain à Washington DC. Comme les États-Unis organiseront le « Sommet de la démocratie » d’ici la fin de l’année, si nous ne maîtrisons pas l’insolence des États-Unis et de l’île de Taïwan, Washington pourrait même inviter Tsai Ing-wen à participer au sommet. Ce sera de bien pire nature que la visite de l’ancien dirigeant régional de Taïwan, Lee Teng-hui, aux États-Unis en tant qu’ »ancien élève » en 1995.

La paix viendra-t-elle si la Chine continentale supporte tout cela et ravale sa colère au nom de la paix ? Si la Chine continentale ne riposte pas de manière décisive, les navires de guerre américains accosteront sur l’île de Taïwan, leurs avions de chasse atterriront sur l’île et leurs troupes pourront à nouveau y être stationnées. À ce moment-là, où sera le prestige de la Chine en tant que grande puissance ? Comment le pays pourra-t-il maintenir son système de défense de ses intérêts sur la scène internationale ?

Donc, soit les États-Unis, soit la Chine, doivent faire marche arrière – ou alors, il y aura une guerre entre la Chine et les États-Unis.

Bien sûr, chaque partie a ses alliés. Peut-être que le Royaume-Uni mettra sa tête en danger pour conquérir la Chine, et peut-être que la Russie mettra sa tête en danger pour contenir l’Amérique, mais dans tous les cas, le résultat si Biden cède aux néoconservateurs, sera la troisième guerre mondiale.

Ils lui mettent la pression. Par exemple, le néoconservateur britannique, Niall Ferguson, a écrit dans l’Economist, le 20 août :

« Il n’y a rien d’inexorable dans la montée en puissance de la Chine, et encore moins de la Russie, alors que tous les petits pays alignés avec eux sont des cas désespérés sur le plan économique, de la Corée du Nord au Venezuela. La population chinoise vieillit encore plus vite que prévu ; sa main-d’œuvre diminue. La dette du secteur privé, très élevée, pèse sur la croissance. La mauvaise gestion de l’épidémie initiale de covidium 19 a fortement nui à sa réputation internationale. Elle risque également de devenir le méchant de la crise climatique, car elle ne peut pas facilement perdre l’habitude de brûler du charbon pour alimenter son industrie ».

Et pourtant, il est trop facile de voir se dérouler une séquence d’événements qui pourrait conduire à une autre guerre inutile, très probablement à propos de Taïwan, que M. Xi convoite et que l’Amérique s’est engagée (de manière ambiguë) à défendre contre toute invasion. …

Les ambitions du dirigeant chinois, Xi Jinping, sont également bien connues – tout comme son renouvellement de l’hostilité idéologique du Parti communiste chinois à l’égard de la liberté individuelle, de l’État de droit et de la démocratie. … Si Pékin envahit Taïwan, la plupart des Américains feront probablement écho au premier ministre britannique, Neville Chamberlain, qui a notoirement décrit la tentative allemande de dépecer la Tchécoslovaquie en 1938 comme « une querelle dans un pays lointain, entre des gens dont nous ne savons rien ». …

Cela nous amène au cœur du problème. La grande préoccupation de Churchill dans les années 1930 était que le gouvernement tergiversait – la logique sous-jacente de sa politique d’apaisement – au lieu de se réarmer énergiquement en réponse au comportement de plus en plus agressif de Hitler, de Mussolini et du gouvernement militariste du Japon impérial. L’un des principaux arguments des partisans de l’apaisement était que les contraintes fiscales et économiques – notamment le coût élevé de la gestion d’un empire qui s’étendait des Fidji à la Gambie, de la Guyane à Vancouver – rendaient impossible un réarmement plus rapide.

Il peut sembler fantaisiste de suggérer que l’Amérique est confrontée à des menaces comparables aujourd’hui – non seulement de la Chine, mais aussi de la Russie, de l’Iran et de la Corée du Nord. Pourtant, le simple fait que cela semble fantaisiste illustre le propos. La majorité des Américains, tout comme la majorité des Britanniques entre le 1er janvier et le 31 décembre 2008, sont convaincus que l’Amérique n’a pas besoin de s’armer.


source : https://www.greanvillepost.com
Adblock test (Why?)

Source : Lire l'article complet par Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information.Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement.Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe.Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Réagissez à cet article

Recommended For You