Les athlètes québécois en force en ski acrobatique

La cible sera encore sur le dos de Mikaël Kingsbury lors de l’épreuve des bosses, aux Jeux olympiques de Pékin, mais le Québécois ne semble pas trop en ressentir la pression.

Le Canada a dévoilé les noms des 24 membres qui représenteront le pays lors des épreuves de ski acrobatique à Pékin, et Kingsbury est la tête d’affiche d’un imposant contingent de 12 Québécois.

Kingsbury, âgé de 29 ans, est le bosseur le plus dominant de l’histoire de la discipline, et il tentera de défendre son titre de champion olympique dans la capitale chinoise. Il ne cache pas qu’il souhaitait arriver aux Jeux en tant qu’homme à battre.

« C’est toujours la position dans laquelle tu souhaites te retrouver. C’est bien d’être le favori, et c’était un de mes objectifs cette saison, a exprimé le skieur de Deux-Montagnes. J’ai gagné la médaille d’or aux derniers Jeux en tant que favori, alors je sais à quoi m’attendre. La bataille a été difficile cette année pour y arriver, mais je me sens très bien avec ça. »

La bataille a été difficile en raison des performances du Japonais Ikuma Horishima, qui a signé trois victoires cette saison et qui est monté sur le podium à chaque épreuve de la Coupe du monde.

Si la compétition avait été un peu moins féroce pour Kingsbury avant les Jeux de Pyeongchang en 2018 — il avait remporté six des sept premières épreuves de Coupe du monde —, cette rivalité avec Horishima n’est pas sans rappeler celle que le Québécois avait entretenue avec Alexandre Bilodeau, avant les Jeux de Sotchi, en 2014. « Je pense que cette rivalité me pousse à être meilleur et je crois que c’est aussi le cas pour lui. J’ai peut-être un avantage parce que je l’ai vécu en 2014 avec Alexandre, en partageant avec lui toutes les victoires avant les Jeux, mais en même temps, je ne peux pas simplement penser à lui. Il y a d’autres très bons skieurs, mais je vais me concentrer sur mes affaires », a mentionné Kingsbury.

Il sera accompagné des sœurs Chloé et Justine Dufour-Lapointe, et de Laurent Dumais, de Québec. Sofia Gagnon, de Whistler, complète l’équipe des bosses.

La qualification olympique de Justine était déjà assurée depuis un certain temps déjà, mais la skieuse a avoué qu’il avait été difficile d’envisager l’idée qu’elle ne soit pas accompagnée de sa sœur Chloé pour ses troisièmes Jeux consécutifs. « J’ai trouvé ça super difficile. Je pense que de sentir ce stress-là, de sentir qu’il y avait des chances qu’on ne se rende pas là-bas, dans ce beau rêve qu’on cultive depuis quatre ans, c’était crève-cœur pour moi. C’était un sentiment déchirant, a admis Justine Dufour-Lapointe. De maintenant pouvoir dire que nous y allons ensemble, c’est une belle victoire en soi. »

Chloé deviendra la première Canadienne de l’histoire à participer à quatre Jeux olympiques d’hiver en ski acrobatique. Elle s’est qualifiée grâce à une 13e et une 15e positions à Deer Valley, il y a deux semaines. « J’ai décidé d’avoir du plaisir et de terminer chaque descente sans avoir un seul regret. C’est ce que j’ai fait jusqu’à la fin, a-t-elle souligné. À Deer Valley, je savais que je devais obtenir une telle position, mais j’ai décidé de ne pas vivre ce stress-là sur mes épaules. »

Équipe féminine des sauts

Marion Thénault, de Sherbrooke, une ancienne gymnaste, est à la tête de l’équipe féminine des sauts après avoir décroché trois médailles sur le circuit de la Coupe du monde au cours de la dernière année.

Flavie Aumond, de Lac-Beauport, Naomy Boudreau-Guertin, de Boischatel, Miha Fontaine, de Lac-Beauport, Lewis Irving, de Québec, et Émile Nadeau, de Prévost, seront également de la partie en sauts.

Miha Fontaine, fils de l’ancien champion du monde et athlète olympique Nicolas, suivra les traces de son père avec cette première participation aux Jeux olympiques.

Olivia Asselin, de Lac-Beauport, et Édouard Therriault, de Lorraine, participeront pour leur part aux épreuves de descente acrobatique (slopestyle) et de grand saut.

Asselin, qui vient de remporter sa première médaille aux X Games, sera à 17 ans au deuxième rang des athlètes les plus jeunes de l’équipe olympique canadienne.

Cassie Sharpe, la championne olympique en titre en demi-lune chez les femmes, cherchera à effectuer un retour en force après avoir subi une importante blessure au genou en janvier 2021.

L’équipe masculine de demi-lune, qui est notamment composée de Brendan MacKay, le champion au classement général de la Coupe du monde cette saison, ainsi que des médaillés des Championnats du monde Noah Bowman et Simon d’Artois, cherchera à se démarquer à Pékin.

Les 24 athlètes en ski acrobatique se greffent au groupe de huit athlètes nommés par Canada Alpin pour concourir aux épreuves de ski cross, un sport qui est lui aussi considéré comme une discipline de ski acrobatique aux Jeux olympiques d’hiver.

Les épreuves de ski acrobatique se dérouleront du 3 au 19 février au Parc de neige de Genting, à Zhangjiakou, ainsi qu’au site de grand saut de Shougang, à Pékin.

<h4>À voir en vidéo</h4>

                                                        <p><strong><a href="https://blockads.fivefilters.org/">Adblock test</a></strong> <a href="https://blockads.fivefilters.org/acceptable.html">(Why?)</a>

Source : Lire l'article complet par Le Devoir

À propos de l'auteur Le Devoir

Le Devoir a été fondé le 10 janvier 1910 par le journaliste et homme politique Henri Bourassa. Le fondateur avait souhaité que son journal demeure totalement indépendant et qu’il ne puisse être vendu à aucun groupe, ce qui est toujours le cas cent ans plus tard.De journal de combat à sa création, Le Devoir a évolué vers la formule du journal d’information dans la tradition nord-américaine. Il s’engage à défendre les idées et les causes qui assureront l’avancement politique, économique, culturel et social de la société québécoise.www.ledevoir.com

Réagissez à cet article

Recommended For You