Pourquoi débrancher la 5G?

Ceci n’est pas un complot. Débrancher la 5G ? est le titre d’un ouvrage publié aujourd’hui même par un collectif français de chercheurs regroupé autour de Jean-Michel Hupé, lui-même associé au Centre français de la recherche scientifique (CNRS). Malheureusement, on n’y trouve aucune réponse définitive, sinon peut-être ce conseil : permettre à la population d’avoir son mot à dire de sa propre évolution technologique.

Car s’il y a un dénominateur commun à toutes les critiques et tous les complots entourant l’émergence de nouvelles technologies et de nouvelles applications scientifiques comme les vaccins, c’est ceci : bien des gens partout dans le monde se sentent dépassés du progrès qui les entoure et clairement, ça les agace.

L’auteur emprunte d’ailleurs ce point de vue et l’ajuste sur la 5G. Sa prémisse : on n’avait pas besoin de cette nouvelle génération de réseaux sans fil. Sommes-nous tombés dans un piège tendu par les technos pour qu’elles puissent s’en mettre encore plus dans les poches ?

« Le développement de la technologie de téléphonie 5G est un cas d’école de la course en avant technologique et de l’obsolescence programmée », lance-t-il dès l’avant-propos.

Ça donne le ton.
 

Opération séduction

Le premier tiers de l’ouvrage de 155 pages porte sur une opération séduction faite par l’industrie pour convaincre les autorités et le public des bienfaits à venir promis par la 5G, y compris un bon nombre de nouvelles applications révolutionnaires dont on ne connaît pas encore la nature.

Chirurgies à distance, réalité virtuelle et augmentée sans fil, voitures autonomes totalement à l’épreuve des accidents… Clairement, tout ceci n’est aux yeux du chercheur que de la poudre aux yeux pour justifier des investissements de plusieurs dizaines de milliards de dollars dans de nouvelles tours cellulaires et de nouveaux appareils sans fil. On parle même déjà des réseaux 6G

Le hic : on ne sait pas si ces technologies verront le jour. On ignore encore plus en ce moment si les bénéfices qu’on tirera de la 5G seront supérieurs à ses inconvénients.

C’est une fuite vers l’avant sur laquelle, clairement, les gouvernements et la société civile ont complètement perdu le contrôle. L’industrie rappelle qu’on ne pouvait pas prévoir avant le lancement des réseaux actuels, appelons-les 4G ou LTE, l’impact qu’aurait sur l’économie et la société l’iPhone, les téléphones Android et leurs boutiques respective d’applications mobiles.

Ce qu’on sait et ce qu’on ignore

Quels sont les inconvénients de la 5G ? Là, on entre dans un espace flou. Le deuxième tiers de Débrancher la 5G ? revisite les craintes que cette nouvelle technologie sans fil ait un impact négatif sur la société, l’environnement et la santé. Surtout, on passe à travers un bon paquet d’études scientifiques qui disent une chose, puis l’autre, et qui se contredisent sans cesse.

L’impact social de la 5G n’est pas bien différent de celui associé à tout le virage numérique actuel. Il est surtout géopolitique : la menace russe et chinoise en matière de cyberterrorisme et réelle et déjà documentée. Le cas de l’équipementier Huawei, banni des réseaux 5G occidentaux, explicite comment le sans-fil est devenu au fil des ans une infrastructure critique pour les États.

L’effet de la mobilité sur les enfants et tout ce temps qu’ils passent devant les écrans est un autre détail qui turlupine le chercheur. Là encore, la 5G ne fera probablement rien pour améliorer la situation, mais on ne peut pas l’accuser d’être à la source du problème.

En matière de santé, le rôle des ondes dans la formation de cancers chez l’humain, l’impact sur le cerveau de la chaleur produite par les téléphones cellulaires ou l’hypersensibilité électromagnétique sont soulevés. L’auteur recense à peu près toutes les études portant sur ces sujets et elles vont dans tous les sens. L’impact de la 5G sur la santé humaine, s’il n’est pas nul, n’est pas différent de l’impact des réseaux actuels.

L’entrée en service de nouvelles fréquences aura quant à elle des effets qu’on ignore à l’heure actuelle.

En somme : on en ignore beaucoup plus sur l’impact de la 5G qu’on en sait.

Devoir collectif

 

« Le passage à la 5G offre une belle opportunité de questionner et de remettre en cause le vide démocratique qui structure pourtant en profondeur nos vies », conclut Jean-Michel Hupé dans la dernière portion de son livre. L’auteur suggère une mise en débat démocratique des choix technologiques à venir.

Évidemment, on ne peut pas prêcher contre la vertu. On ne sait pas comment ça se passe en France, mais au Québec, on demande et redemande sans cesse (et généralement en vain) « un débat de société » sur tout et sur rien. Ça va de l’entretien des piscines privées extérieures aux soins médicaux couverts par l’assurance-maladie à la place qu’occupent sur nos routes les vélos et les trottinettes électriques. Faudrait-il ajouter à cette litanie l’évolution des technologies sans fil ?

Cela dit, les technologies sans fil sont déjà encadrées par la loi, aussi incomplète soit-elle. Ceux qui désirent voir la loi changer ont toujours l’option d’exercer leur devoir démocratique et de voter pour le parti qui répondra leur mieux à leurs demandes, même si, il faut l’avouer, nos élus ont démontré plus d’une fois leur incapacité à bien encadrer des enjeux technologiques.

Un autre moyen tout aussi puissant que possède le citoyen est son droit de consommer, ou pas, les produits qu’on lui propose. Ces 50 dernières années, on a vu plus d’une avancée technologique avorter, faute d’une demande suffisante : le successeur du disque compact, la télé 3D, peut-être la réalité virtuelle… et le Minitel, sorte de rival français à l’Internet disparu en 2012.

Bref, Débrancher la 5G ? pose les bonnes questions. On y trouve des réponses éclairantes. Mais comme pour bien d’autres choses, la réponse la plus importante se trouve probablement dans votre portefeuille.

<h4>À voir en vidéo</h4>

Adblock test (Why?)

À propos de l'auteur

Source : Lire l'article complet par Le Devoir

À propos de l'auteur Le Devoir

Le Devoir a été fondé le 10 janvier 1910 par le journaliste et homme politique Henri Bourassa. Le fondateur avait souhaité que son journal demeure totalement indépendant et qu’il ne puisse être vendu à aucun groupe, ce qui est toujours le cas cent ans plus tard.De journal de combat à sa création, Le Devoir a évolué vers la formule du journal d’information dans la tradition nord-américaine. Il s’engage à défendre les idées et les causes qui assureront l’avancement politique, économique, culturel et social de la société québécoise.www.ledevoir.com

Réagissez à cet article

Recommended For You