« Pas en notre nom » : En Iran, le père de Mahsa Amini dénonce les émeutes

La mort de Mahsa Amini a été exploitée par les médias pour atteindre l’ampleur d’émeutes violentes, mais le père de Mahsa Amini condamne ces actions et cherche la vérité au milieu de la tourmente et des sanctions américaines.

Alors que les manifestations en Iran continuent de semer le chaos sous prétexte de solidarité avec la famille de Mahsa Amini suite à son décès, le père de la défunte, Amjad Amini, a confirmé que les rassemblements et les manifestations organisés dans plusieurs provinces iraniennes « n’ont rien à voir » avec la famille et « n’étaient pas pour nous ».

Il a ensuite ajouté que lui et la famille de Mahsa « en sont mécontents », selon l’agence iranienne Tasnim.

Le père d’Amini a expliqué que le seul désir de la famille était d’identifier et « punir » toute personne qui aurait pu être une raison de la mort de sa fille.

Amini a souligné que la famille n’avait pas encore été informée des résultats des analyses médico-légales concernant les causes de la mort de sa fille.

Notamment, le directeur général de la médecine légale de la province de Téhéran a déclaré mercredi qu’il n’y a pas de traces de coups ou de blessures sur la tête et le visage de la défunte Iranienne Mahsa Amini, contrairement à ce qui est propagé par les médias occidentaux.

« Concernant les informations trompeuses faisant état de sang sortant des oreilles d’Amini et d’une fracture à la base de son crâne, nous, médecins légistes, confirmons qu’il n’y a aucun signe de contusion ou de gonflement sur son œil et aucune fracture dans son crâne non plus », a déclaré le directeur général.

Le rapport médico-légal a montré qu’il n’y a aucun signe de fracture du crâne, et l’autopsie pratiquée sur le corps d’Amini n’a révélé aucune hémorragie ou rupture de ses organes internes. Ces résultats montrent que sa mort n’est pas le résultat d’une force extérieure, mais il n’y a pas encore eu de révélations sur ce qui a entraîné sa mort.

La présidence iranienne et les autorités directement impliquées dans l’enquête sur l’affaire

Après l’incident, le président iranien Ebrahim Raïssi a appelé la famille d’Amini, jeudi, confirmant qu’il avait ordonné que l’incident fasse l’objet d’une enquête approfondie.

« Votre fille est comme ma propre fille, et j’ai le sentiment que cet incident est arrivé à l’un de mes proches. Veuillez accepter mes condoléances », a déclaré M. Raïssi à la famille d’Amini.

Un tweet sur le profil Twitter officiel de l’Iran indique que M. Raïssi a déclaré à la famille Amini : « J’ai ordonné que l’incident fasse l’objet d’une enquête minutieuse afin qu’aucun droit ne soit violé. »

Auparavant, le chef du pouvoir judiciaire iranien, Gholam-Hossein Mohseni Ejei, avait souligné que le pouvoir judiciaire enquêterait de près sur la mort de Mahsa Amini, assurant à sa famille qu’il avait ordonné aux organes judiciaires de mener une enquête approfondie sur cette affaire.

Il convient de noter que le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a souligné mardi qu’« une enquête a été ordonnée sur la mort tragique de Mahsa, qui, comme l’a dit le président, était comme nos propres filles ».

Selon le ministre iranien, « pour l’Iran, les droits de l’homme ont une valeur intrinsèque, contrairement à ceux qui y voient un outil contre des adversaires », faisant allusion aux États-Unis.

Les États-Unis sanctionnent à nouveau l’Iran

Les États-Unis ont imposé jeudi des sanctions à la police de la moralité iranienne en raison d’allégations de mauvais traitements infligés à des femmes iraniennes, affirmant qu’ils tenaient cette unité pour responsable de la mort de Mahsa Amini en détention.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré dans un communiqué distinct que « le gouvernement iranien doit mettre fin à sa persécution systémique des femmes et autoriser les manifestations pacifiques. »

La secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a indiqué dans un communiqué que les hauts responsables désignés, en ce qui concerne les sanctions, comprenaient le chef de la police de la moralité, Mohammad Rostami Cheshmeh Gachi ; le commandant des forces terrestres de l’armée iranienne, Kiyumars Heidari ; et Esmail Khatib, le ministre iranien du Renseignement.

En outre, le Trésor a identifié d’autres personnes telles que Haj Ahmad Mirzaei, chef de la division de Téhéran de la police morale, Salar Abnoush, commandant adjoint du groupe paramilitaire Basij [l’une des cinq divisions du Corps des gardiens de la révolution islamique], ainsi que Qasem Rezaei et Manouchehr Amanollahi des forces de l’ordre iraniennes.

Le gouvernement américain a déclaré que tous les biens et intérêts des personnes citées qui relèvent de la juridiction américaine ont été interdits et doivent être signalés au Trésor. Les institutions financières étrangères qui, en toute connaissance de cause, facilitent une transaction importante ou fournissent des services significatifs aux individus sanctionnés peuvent être sanctionnées, a-t-il averti.

Pour la première fois, lorsqu’on lui a demandé si les États-Unis étaient prêts à fournir aux Iraniens des services Internet par satellite, un haut fonctionnaire du département d’État, s’adressant aux journalistes sous couvert d’anonymat, a déclaré : « Nous examinons ce que nous pouvons faire pour apporter un plus grand soutien à ceux qui essaient de s’exprimer pacifiquement… et nous aurons davantage à dire dans les jours à venir. »

L’Occident exploite la mort d’une jeune fille de 22 ans

Le New York Times a écrit sur « la mort vendredi d’une femme de 22 ans en Iran après avoir été détenue par la police des mœurs », affirmant que « les unités de la police des mœurs appliquent arbitrairement les règles, et leurs tactiques vont des avertissements verbaux aux amendes monétaires, en passant par le fait de traîner violemment les femmes dans des fourgons pour les détenir. »

Sur le même ton, France 24 a écrit : « Une jeune femme iranienne est dans le coma et lutte pour sa vie après avoir été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs de la République islamique. »

Le Guardian, MondAfrique, The World Today et bien d’autres ont également adopté cette rhétorique et se sont empressés d’annoncer sa mort, tout cela dans le but de cibler les politiques internes de l’Iran, sans attendre la moindre réponse de la police ou des autorités officielles, ni même les résultats de l’enquête [et sans même mentionner la vidéosurveillance qui montre la totalité des faits, de l’arrivée de Mahsa Amini au commissariat à son malaise cardiaque].

L’envoyé américain en Iran, Robert Malley, a également saisi l’occasion et s’est joint à la campagne anti-iranienne, qui repose sur de fausses nouvelles, et s’est empressé de condamner les lois internes iraniennes dans un tweet : « La mort de Mahsa Amini suite à des blessures subies en détention pour un hijab « inapproprié » est consternante. Nos pensées vont à sa famille. L’Iran doit mettre fin à la violence exercée contre les femmes pour avoir exercé leurs droits fondamentaux. Les personnes responsables de sa mort doivent rendre des comptes. »

Propager l’iranophobie, qui est un plat de résistance de l’agenda occidental, n’est pas nouveau. Mais cette fois, malheureusement, l’Occident est allé jusqu’à exploiter la mort d’une femme innocente dans le but de politiser l’incident et de pousser plus loin sa propagande anti-iranienne, en fermant complètement les yeux sur la vérité.

L’histoire telle qu’elle est

Al Mayadeen a décidé d’enquêter sur le sujet et de faire toute la lumière sur cette histoire. Après avoir contacté plusieurs sources officielles en Iran, Al Mayadeen a appris qu’Amini n’avait jamais été agressée, battue ou maltraitée, et que la preuve en était les images de vidéosurveillance qui ont démenti les rapports occidentaux, démontrant sans appel qu’ils sont faux et fabriqués.

L’incident, enregistré par la vidéosurveillance, montre une femme officier de police s’approchant d’Amini et pointant du doigt son hijab. Amini et l’agent ont eu un désaccord verbal, après quoi l’agent a fait demi-tour et laissé Amini seule.

Une vidéo diffusée par les médias d’État iraniens montre les circonstances de l’incident à travers une combinaison de plusieurs clips de vidéosurveillance.

À ce moment-là, et sans qu’aucune altercation physique n’ait eu lieu entre les deux personnes, contrairement aux médias occidentaux qui affirment qu’Amini a été brutalement battue, Amini s’est évanouie et il a été rapporté plus tard qu’elle est tombée dans le coma. On peut voir la policière se précipiter pour soutenir Amini et l’empêcher de tomber. Amini a ensuite été transférée à l’hôpital pour y être soignée.

La vidéo montre qu’il n’y a eu aucune violence, aucun passage à tabac et qu’aucune arrestation n’a été effectuée. Des sources officielles ont déclaré à Al Mayadeen qu’Amini avait une tumeur au cerveau et qu’elle suivait un traitement depuis un certain temps avant l’incident. Les dossiers médicaux confirment les multiples visites d’Amini à l’hôpital pour y être soignée.

source : Al Mayadeen

via Le Cri des Peuples
Adblock test (Why?)

Source : Lire l'article complet par Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information.Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement.Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe.Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Réagissez à cet article

Recommended For You