Nord Stream : Vladimir Poutine dénonce un «acte de terrorisme international»

Lors d’un entretien téléphonique avec Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine «a donné son point de vue sur cet acte de sabotage sans précédent, en réalité un acte de terrorisme international, contre Nord Stream 1 et Nord Stream 2», rapporte ce 29 septembre le Kremlin dans un communiqué.

Quatre fuite ont été identifiés ces derniers jours en mer Baltique, au-dessus de ces gazoducs reliant la Russie à l’Allemagne.

Si les chancelleries occidentales n’ont pas accusé formellement Moscou d’être à l’origine du sabotage présumé, certains pays, dont la Pologne, ont suggéré que les dégradations du gazoduc pourraient être reliées au conflit ukrainien, dans le cadre du bras de fer énergétique entre Moscou et l’Union européenne.  L’OTAN a dénoncé ce 29 septembre des actes de sabotage «délibérés, inconsidérés et irresponsables» commis contre les gazoducs en mer Baltique, tout en assurant qu’elle se défendrait contre l’utilisation de l’énergie à des «fins coercitives».

La Russie a pour sa part indiqué soupçonner l’implication d’un Etat étranger dans les quatre fuites, sans toutefois nommer un pays en particulier. «Il est très difficile d’imaginer qu’un tel acte terroriste puisse avoir lieu sans l’implication d’un Etat», a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov ce 29 septembre également, tout en mettant en garde contre une «situation extrêmement dangereuse». «Il faudra une coopération entre plusieurs pays. Dans le contexte actuel, où l’on constate un grave déficit de communication et une réticence de nombreux pays à nous contacter dans des domaines aussi sensibles, de nombreuses questions se posent», a également dit le haut responsable russe. Les services de sécurité russes (FSB) ont ouvert une enquête pour «acte de terrorisme international» après le sabotage présumé des gazoducs.

Les Etats-Unis ont été pointés du doigt par certains commentateurs et responsables politiques à la suite de ces événements, en raison notamment de propos de Joe Biden tenus le 7 février 2022. Le président américain avait alors déclaré : «Si la Russie envahit les frontières de l’Ukraine alors, il n’y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin.» Interrogée sur ces propos lors d’une conférence de presse le 28 septembre à la Maison blanche, la porte-parole de la présidence américaine Karine Jean-Pierre a tenté de clarifier leur sens, affirmant que Joe Biden n’avait fait référence qu’à la collaboration avec l’Allemagne dans ce dossier, au moment où celle-ci s’apprêtait à geler le processus de certification de Nord Stream 2. 

Source : Lire l'article complet par RT France

À propos de l'auteur RT France

Les actualités de RT traitent des principaux problèmes de notre temps sous un angle destiné aux spectateurs qui veulent en savoir plus en soulevant des sujets souvent ignorés par les médias grand public pour produire un contenu qui sort de l’ordinaire. RT propose un point de vue alternatif sur tous les grands événements du monde.

Réagissez à cet article

Recommended For You