Mille et une Russie

par Paolo Mathlouthi

Une ancienne légende, racontée depuis des siècles par les guides locaux aux rares visiteurs occidentaux de passage à Samarcande, populaire au point d’être encore en vogue dans les jardins d’enfants à l’époque soviétique, raconte que Tamerlan, déterminé à fixer sa résidence dans la ville la plus opulente du monde, avant de partir pour une nouvelle expédition militaire a pris des dispositions pour qu’un grand complexe soit construit en son absence avec deux mosquées, une école coranique et une auberge pour les pèlerins, un hommage en pierre érigé par le Seigneur du Monde en faveur de sa favorite, la princesse mongole Bibi-Khanum. Elle était d’une beauté si éblouissante que l’architecte appelé à superviser les travaux a fini par tomber follement amoureux d’elle, menaçant de ne pas terminer la commande si elle ne cédait pas à ses avances. Inquiète que Tamerlan, peu enclin à faire preuve de tolérance envers ceux qui désobéissaient à ses ordres, ne revienne de la guerre sans que le monument auquel il était tant attaché ne soit achevé, la jeune fille accepta de concéder ses bonnes grâces au prétendant téméraire qui, dans le feu de l’extase amoureuse, lui donna un baiser si passionné qu’il laissa une brûlure sur son cou ! Pour cacher aux yeux indiscrets la preuve brûlante de son infidélité, Bibi-Khanum a décidé de se couvrir le visage d’un voile. De retour à Samarcande, l’émir n’a pas entendu raison : ayant compris la trahison qui s’était tramée dans son dos, il fit enterrer sa concubine vivante à l’intérieur de la mosquée nouvellement achevée, la transformant ainsi en tombeau, et a ordonné à toutes les femmes de son vaste empire de porter un voile à partir de ce jour pour dissimuler leur visage. C’est, du moins selon la légende, l’origine du tchador.

La mosquée de Bibi-Khanum, Samarcande.

Le lecteur sera peut-être surpris d’apprendre que ce ne sont pas, comme on pourrait le supposer, les auteurs anonymes des « Mille et une nuits » qui ont rapporté ce fameux récit, mais Alexandre Nikolaïevitch Afanassiev (1826-1871), un anthropologue et linguiste qui, sur les traces des frères Grimm, a entrepris au XIXe siècle la tâche cyclopéenne et méritoire de transcrire l’immense patrimoine des contes du peuple russe.

Grâce à la voix vivante de son témoignage, nous apprenons également qu’à l’endroit même où a eu lieu l’immolation dramatique de Bibi-Khanum, se trouve un grand lutrin de pierre où, dans les temps anciens, un exemplaire très spécial du Coran cousu d’or était exposé à intervalles réguliers, pour être montré au peuple comme un objet de dévotion, le même exemplaire qu’Osman, le gendre de Mahomet et troisième successeur du Prophète, lisait au moment où il a été assassiné : les gouttes de son sang, laissées sur les pages, en ont fait une relique des plus précieuses, à laquelle les populations turcomanes du Caucase attribuent encore des pouvoirs thaumaturgiques. Lorsque les cosaques d’Alexandre II ont conquis Samarcande en 1868, le talisman de papier a pris la route de Saint-Pétersbourg, avec le reste du butin, pour faire partie du trésor personnel du tsar, où il restera, protégé par le rideau de fer, jusqu’à la dissolution du bloc soviétique.

Les âmes candides qui, aujourd’hui, sont horrifiées à l’idée que les milices tchétchènes de Kadyrov et des unités sélectionnées de l’armée syrienne de Bachar al-Assad combattent en Ukraine sous la bannière de Moscou comme s’il s’agissait des Haradrim de Tolkien, ignorent (ou feignent d’ignorer) la dialectique séculaire établie par le Kremlin avec l’Islam qui se presse le long des frontières méridionales de la Russie.

Il s’agit là d’un dialogue articulé et complexe mais constant, dont le point culminant a été la récente visite de Vladimir Poutine en Iran, qui a connu des moments d’assimilation forcée alternant avec des phases d’ouverture et dont les racines remontent loin. Pour prouver que les événements suivent souvent des chemins karstiques loin des sentiers battus, il suffit de dire que c’est un aventurier d’origine piémontaise, Giovanni Battista Boetti, qui a introduit la parole du Prophète en Asie centrale russophone à la fin du XVIIIe siècle. Envoyé à Mossoul par l’ordre dominicain auquel il appartenait pour y exercer sa profession de médecin, il se convertit à l’islam et, s’autoproclamant cheikh sous le nom d’Al Mansur (le Victorieux), se rend en Tchétchénie où, grâce à un prêche particulièrement évocateur, il rameute les populations des montagnes contre Catherine II, rassemblant autour de lui une armée de quatre-vingt-cinq mille hommes que les Russes parviennent difficilement à vaincre. Capturé vivant et traîné enchaîné aux pieds de la Tsarine, cette dernière, impressionnée par sa bravoure, lui pardonna et en fit son conseiller privé et son amant, lui assurant une allocation mensuelle et imposant comme seule limite à sa liberté personnelle l’obligation péremptoire (mais certainement peu contraignante pour l’intéressé) de ne pas quitter Moscou. Sans vouloir diminuer le moins du monde la capacité de persuasion presque exceptionnelle de l’impératrice à la volonté forte, le joyau de la couronne de la politique expansionniste russe dans le Caucase reste la signature du traité historique de Turkmanchay, signé à Téhéran en 1828 en présence du Shah de Perse Fath Ali Qajar par Aleksandr Sergeïevitch Griboïedov (1795 – 1829), figure singulière de musicien et d’homme de lettres, qui se prêta à l’art périlleux de la diplomatie à qui l’écrivain Iouri Tynianov (1894 – 1944) a consacré un monumental hommage posthume, La mort du Vazir Moukhtar. Publié en Russie exactement un siècle après les événements tragiques dont il était le protagoniste, le roman revient aujourd’hui en librairie, dans la traduction classique de Giuliana Raspi, pour les Edizioni Settecolori, grâce à l’intuition pertinente de Manuel Grillo.

La particularité de ce livre résolument inhabituel, qui se lit d’une traite malgré sa taille considérable, ne réside pas tant dans la description impitoyable de l’aristocratie moscovite, empêtrée dans la toile étouffante des conventions sociales et minée par une familiarité naturelle avec l’esprit de conspiration, que dans l’extranéité absolue du protagoniste à ce monde auquel il appartient par droit de naissance. N’ayant heureusement échappé à la déportation en Sibérie que parce que les autorités chargées de l’enquête n’ont pas réussi à prouver son implication directe dans le soulèvement décabriste, Griboïedov aborde le voyage vers Tabriz, siège de la lointaine légation qui lui a été assignée, comme s’il s’agissait d’une sorte de voyage initiatique dans le temps : dans l’implacable et exaspérante rigueur du climat et dans la rude simplicité des habitants d’une terre située aux confins de l’Empire et donc de ce qui apparaît à ses yeux comme la Civilisation, l’anti-héros de Tynianov espère trouver un antidote qui l’aidera à apaiser le spleen qui lui ronge l’âme. Il s’immerge comme dans un bain lustral dans des coutumes et traditions antithétiques à celles au nom desquelles il a vécu, au point d’épouser une femme du pays. Se perdre dans la recherche de l’Ailleurs ne suffira cependant pas à le protéger des flèches de l’Histoire. Inconscient d’être un pion dans un jeu bien plus grand que lui, Griboïedov mourra en luttant contre la foule en colère qui assiège l’ambassade russe à Téhéran, préfiguration lugubre de la plus célèbre prise du Palais d’Hiver, avec pour seule consolation un éloge funèbre prononcé par son ami Alexandre Pouchkine, selon lequel rappeler sa « vie enviablement houleuse devrait être la tâche des amis ». Mais chez nous, conclut le poète, les gens extraordinaires disparaissent sans laisser de traces. Quelqu’un, faisant écho à ses propos, a écrit que la Russie ne peut être comprise à l’aune de la Raison, puisqu’elle est en définitive une question de Foi. Et la foi, on le sait, exige souvent des victimes de rang.

source : Centro Studi La Rona via Euro-Synergies
Adblock test (Why?)

Source : Lire l'article complet par Réseau International

À propos de l'auteur Réseau International

Site de réflexion et de ré-information.Aujourd’hui nous assistons, à travers le monde, à une émancipation des masses vis à vis de l’information produite par les médias dits “mainstream”, et surtout vis à vis de la communication officielle, l’une et l’autre se confondant le plus souvent. Bien sûr, c’est Internet qui a permis cette émancipation. Mais pas seulement. S’il n’y avait pas eu un certain 11 Septembre, s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres qui ont découlé de cet évènement, les choses auraient pu être bien différentes. Quelques jours après le 11 Septembre 2001, Marc-Edouard Nabe avait écrit un livre intitulé : “Une lueur d’espoir”. J’avais aimé ce titre. Il s’agissait bien d’une lueur, comme l’aube d’un jour nouveau. La lumière, progressivement, inexorablement se répandait sur la terre. Peu à peu, l’humanité sort des ténèbres. Nous n’en sommes encore qu’au début, mais cette dynamique semble irréversible. Le monde ne remerciera jamais assez Monsieur Thierry Meyssan pour avoir été à l’origine de la prise de conscience mondiale de la manipulation de l’information sur cet évènement que fut le 11 Septembre. Bien sûr, si ce n’était lui, quelqu’un d’autre l’aurait fait tôt ou tard. Mais l’Histoire est ainsi faite : la rencontre d’un homme et d’un évènement.Cette aube qui point, c’est la naissance de la vérité, en lutte contre le mensonge. Lumière contre ténèbres. J’ai espoir que la vérité triomphera car il n’existe d’ombre que par absence de lumière. L’échange d’informations à travers les blogs et forums permettra d’y parvenir. C’est la raison d’être de ce blog. Je souhaitais apporter ma modeste contribution à cette grande aventure, à travers mes réflexions, mon vécu et les divers échanges personnels que j’ai eu ici ou là. Il se veut sans prétentions, et n’a comme orientation que la recherche de la vérité, si elle existe.Chercher la vérité c’est, bien sûr, lutter contre le mensonge où qu’il se niche, mais c’est surtout une recherche éperdue de Justice.

Réagissez à cet article

Recommended For You