«Complètement lycée» obtient son diplôme vers la télé


La délirante série Complètement lycée est de retour sur vos écrans. Mais attention, le projet a pris de l’ampleur! D’abord une websérie, l’émission conçue par Rosalie Vaillancourt et Pierre-Yves Roy-Desmarais propose maintenant 10 épisodes dans un format de 22 minutes, sur Crave.  

Il faut le dire, la première saison de Complètement lycée, sortie en 2021, a connu un succès retentissant. Et son concept remonte à loin. Il y a quelques années, Rosalie Vaillancourt et Pierre-Yves Roy-Desmarais présentaient un spectacle au Zoofest qu’ils ouvraient avec un sketch vidéo dans lequel le duo faisait une parodie des émissions de leur jeunesse, comme Les frères Scott. La paire trouvait drôles le drame et l’émotion extrême, présentés de manière démesurée, que l’on trouvait dans ces séries.  

Cet humour satirique, parfois très niaiseux, inspiré notamment par la série de films parodiques Film de peur, a su charmer. Le projet a remporté des prix dans plusieurs festivals, notamment à Canneseries, en plus d’attirer plus d’un demi-million d’auditeur.rice.s sur le web.  

Crédit photo : Crave

Un pas important 

Pas étonnant que cette série puisse aujourd’hui passer au niveau supérieur. 

« Je trouve ça beau que des diffuseurs aient décidé de porter cet humour, sur la fine ligne du politically correct, à un plus large public. Jamais je n’aurais pensé que ce type d’humour puisse être à la télé », se réjouit Pierre-Luc Lafontaine, comédien ayant intégré cette nouvelle mouture de l’émission, en entrevue avec Métro.  

Pour l’humoriste Katherine Levac, c’est un pas dans la bonne direction. On a intérêt, selon elle, à donner la chance à des projets moins frileux : « C’est l’fun d’avoir cette audace. Tant mieux si cette série peut donner un exemple. » 

Elle croit que, malgré le ton parodique de la série, toutes les manifestations d’homophobie, de sexisme ou de grossophobie qu’on y trouve ne sont même pas si exagérées par rapport à ce qui était présenté à l’époque et que l’on trouvait tout à fait normal. À cet égard, en soulevant ce ridicule, la série Complètement lycée est selon elle « très engagée ». 

Et Complètement lycée est aujourd’hui à sa place, là où ses idéateur.rice.s voulaient qu’elle soit à l’origine. 

« C’est une parodie d’émission de télé, donc ça prend tout son sens que ce soit à la télé », clame Pierre-Yves Roy-Desmarais. « C’est cool de voir qu’on est dans les grosses ligues, qu’on est pris au sérieux », ajoute-t-il. 

Crédit photo: Crave

Pas juste des jokes 

Avec ce format, il était essentiel pour les créateur.rice.s de l’émission que les téléspectateur.rice.s puissent suivre l’intrigue présentée de manière cohérente, comme on le fait lorsqu’on écoute une série et non comme une simple succession de sketchs rigolos, ce que plusieurs des humoristes impliqué.e.s ont déjà livré dans le passé.  

« C’était important que ça ait vraiment l’air d’une série pour ados avec des personnages auxquels tu t’accroches, qui peuvent te faire passer par plusieurs émotions », indique Rosalie Vaillancourt. 

L’auteur Charles-Alex Durand ajoute : « On part avec une histoire qu’on trouve forte et accrocheuse et ensuite on greffe les choses stupides. » 

« J’avais ce même rapport en écoutant Les frères Scott, raconte Pierre-Yves Roy-Desmarais. Je trouvais ça drôle que tout soit si grave et dramatique, mais je suivais quand même l’histoire et l’évolution des personnages. » 

Un plaisir fou 

Le consensus est clair chez tous.tes les comédien.ne.s interviewé.e.s par Métro : le tournage a été très plaisant. 

« C’était tellement le fun à faire, se souvient Antoine Pilon. Il y a une légèreté à faire ce truc. On travaille fort, mais ce n’est pas sérieux. » 

Les interprètes jouaient d’abord leurs scènes en anglais (ce qui, en soi, créait des moments très comiques pour la distribution) puis, à tour de rôle, allaient en studio avec le réalisateur Alec Pronovost pour enregistrer le doublage en français international, comme on l’entendait dans les productions traduites des années 2000.  

Un doublage qui leur permettait, encore une fois, de déblatérer toutes sortes de niaiseries, « en devant faire le deuil de certaines blagues qui étaient déjà drôles en anglais », raconte Katherine Levac.  

« On essaie de voir comment traduire en amenant les idées les plus drôles. À chacune des étapes, tout le monde était très ouvert à l’improvisation et aux idées des autres, puisque tous connaissent les codes de ce genre de série », poursuit-elle. 

Pour Antoine Pilon et Pierre-Luc Lafontaine, qui ont déjà joué dans les séries pour ados Le chalet et Jérémie, c’était particulièrement jouissif de faire une satire du type de personnages qu’ils ont eux-mêmes déjà incarnés.  

Rosalie Vaillancourt aspire à voir sa série se poursuivre sur plusieurs saisons. « Il y a plein de sujets qu’on n’a pas encore abordés », mentionne-t-elle à cet égard. Surtout, elle estime qu’habituellement, plus ce genre de série avance, plus il se passe des trucs invraisemblables, vers lesquels elle a envie d’aller. « Les frères Scott, rendu à la cinquième saison, ça n’avait plus de bon sens ce qui arrivait », rigole-t-elle, enthousiaste pour la suite.  

Complètement lycée est présenté sur Crave à partir de maintenant avec deux nouveaux épisodes chaque semaine. Dès le 11 janvier, la télédiffusion de la série commencera à Noovo.  

<div class=" grid-x grid-padding-x grid-padding-y align-center met-newsletter stacked ">
    <div class="cell small-12  ">
        <div class="cta-content text-center">
            Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.
        </div>
    </div>
    <form class="cell small-12  sign-up-form" method="post">
        <input type="hidden" id="met_nonce" name="met_nonce" value="e42baca576" /><input type="hidden" name="_wp_http_referer" value="/feed/" />            <div class="grid-x grid-margin-y form-grid">
                                <div class="cell small-12"><input type="text" class="name" value="" name="FNAME" id="mce-FNAME" placeholder="Prénom" required></div>
                <div class="cell small-12"><input type="email" class="email" placeholder="Adresse courriel" name="email" required></div>
                            <div class="cell small-12 button-container"><input type="submit" class="button" value="S&#039;abonner à l&#039;infolettre"><i class="far fa-chevron-right"></i></div>
                                <span class="checkbox">
                    <input type="checkbox" id="gdpr" name="gdpr" value="0601cbb71f" class="gdpr" required checked>
                    <label for="gdpr" class="form-gdpr">
                    J’accepte de recevoir des communications du Journal Métro                        </label>
                </span>
                        </div>
        <input id="group-id" type="hidden" name="group-id" value="ActualiteMontrealPlus" />
    </form>
    <div class="border-footer"></div>
</div>

Source : Lire l'article complet par Journal Métro

À propos de l'auteur Journal Métro

Disponible dans plus de 1 000 points de distribution du lundi au vendredi, l'édition montréalaise du journal international Metro est une des seules à être imprimée français en Amérique. C'est également le quotidien le plus lu à Montréal (un million de lecteurs par édition). (Wikipédia)

Réagissez à cet article

Recommended For You