Next Chance : des emballages cadeaux 100% écolocaux  


Des tonnes et des tonnes de papier d’emballage et de sacs cadeaux sont jetées chaque Noël. Si une partie va au recyclage, ce n’est pas le cas du papier d’emballage métallisé, des choux et du ruban adhésif. Afin de réduire notre empreinte lors de la fête du p’tit Jésus, l’entreprise québécoise Next Chance propose depuis deux ans des emballages en tissu. 

Selon les plus récentes statistiques de l’organisme Zéro déchet Canada (Zero Waste Canada), 540 000 tonnes de papier d’emballage et de sacs cadeaux sont jetées par les Canadiens chaque année, peut-on lire dans un communiqué de Next Chance. 

Faire plaisir à un être cher, c’est bien, mais le faire sans polluer la planète, c’est encore mieux! Voilà pourquoi les cofondatrices de cette entreprise située à Longueuil, Gabrielle Huppé et Maude Girard, conçoivent des emballages textiles faits de tissus rescapés d’entreprises locales. 

«Notre modèle d’affaires est vraiment basé sur l’économie circulaire, explique Gabrielle Huppé, jointe par Métro. On contacte des designers, des manufacturiers, des entreprises à grande surface ici au Québec.» 

Une seconde vie 

L’objectif est donc de donner une seconde vie aux tissus neufs rejetés, invendus ou non utilisés, afin d’éviter qu’ils se retrouvent aux ordures ou aux déchiquetages. 

Pour leurs emballages cadeaux, l’entreprise privilégie les matières naturelles comme le coton, mais utilise également du polyester. Elle évite en revanche les textiles plus extensibles ou très glissants. 

On fait de l’emballage cadeau et notre objectif est de reproduire le papier d’emballage traditionnel. 
Geneviève Huppé, cofondatrice de Next Chance

Autrement dit, le spandex, on oublie ça. Cependant, les cofondatrices Next Chance proposent d’autres solutions à leurs partenaires pour les textiles qu’elles ne peuvent pas utiliser. 

Autre particularité, c’est que comme Next Chance ne teint pas elle-même les tissus utilisés, les choix de couleurs lui sont en quelque sorte imposés par ses partenaires. 

«On est fières de cette contrainte, soutient la cofondatrice. Ça donne des éditions limitées et les gens aiment ça, parce que ça crée de la nouveauté et ce sont des produits qui sont uniques.» 

Photo: Gracieuseté, Next Chance

Une offre bonifiée

Après deux ans, Next Chance a bonifié son offre en ajoutant des produits tel que des articles de décoration de Noël, des sacs cadeaux, des sacs pour bouteille de vin, ainsi que des calendriers de l’avent. Ce dernier item semble avoir connu beaucoup de succès puisque les stocks sont déjà épuisés. 

«On a lancé une quantité limitée pour tester le produit, et finalement, ça s’est avéré vraiment un produit populaire, donc on va ressortir [le calendrier de l’avent] l’année prochaine avec probablement d’autres motifs et variations de couleurs», raconte-t-elle se disant bien contente de ce succès. 

Un calendrier de l’avent proposant des pochettes suffisamment grandes pour contenir un Kinder Surprise ou encore une bougie, ajoute la cofondatrice de l’entreprise. 

Selon Gabrielle Huppé, près de 80% de leur clientèle reprend l’emballage cadeau pour le réutiliser, mais aussi, le laisse parfois au destinataire du présent lorsque ce dernier promet de le réutiliser. 

En plus de l’achat en ligne, une quinzaine de points de vente au Québec offre les produits de l’entreprise, dont la Boutique l’Escale verte dans Ahuntsic-Cartierville et le magasin général écologique Terre à Soi situé dans Hochelaga et ainsi que dans Tétreaultville. 

<div class=" grid-x grid-padding-x grid-padding-y align-center met-newsletter stacked ">
    <div class="cell small-12  ">
        <div class="cta-content text-center">
            Une infolettre l’fun? Abonnez-vous à celle du Week-end pour voir!
        </div>
    </div>
    <form class="cell small-12  sign-up-form" method="post">
        <input type="hidden" id="met_nonce" name="met_nonce" value="f5f38cf1ee" /><input type="hidden" name="_wp_http_referer" value="/feed/" />            <div class="grid-x grid-margin-y form-grid">
                                <div class="cell small-12"><input type="text" class="name" value="" name="FNAME" id="mce-FNAME" placeholder="Prénom" required></div>
                <div class="cell small-12"><input type="email" class="email" placeholder="Adresse courriel" name="email" required></div>
                            <div class="cell small-12 button-container"><input type="submit" class="button" value="S&#039;abonner à l&#039;infolettre"><i class="far fa-chevron-right"></i></div>
                                <span class="checkbox">
                    <input type="checkbox" id="gdpr" name="gdpr" value="0601cbb71f" class="gdpr" required checked>
                    <label for="gdpr" class="form-gdpr">
                    J’accepte de recevoir des communications du Journal Métro                        </label>
                </span>
                        </div>
        <input id="group-id" type="hidden" name="group-id" value="ActualiteWeekEnd" />
    </form>
    <div class="border-footer"></div>
</div>

Source : Lire l'article complet par Journal Métro

À propos de l'auteur Journal Métro

Disponible dans plus de 1 000 points de distribution du lundi au vendredi, l'édition montréalaise du journal international Metro est une des seules à être imprimée français en Amérique. C'est également le quotidien le plus lu à Montréal (un million de lecteurs par édition). (Wikipédia)

Réagissez à cet article

Recommended For You