Ukraine. La jauge arrive dans le rouge


Par Moon of Alabama – Le 24 novembre 2022

Hier, le Pentagone annonçait un nouveau transfert d’armes à l’armée ukrainienne :

Voici la liste du Pentagone :

Des munitions supplémentaires pour le NASMAS

150 mitrailleuses lourdes avec viseurs à imagerie thermique pour contrer les systèmes aériens sans pilote.

Des munitions supplémentaires pour les HIMARS

200 obus d’artillerie de 155 mm à guidage de précision

10 000 obus de mortier de 120 mm

Des missiles antiradiations à grande vitesse (HARM)

150 véhicules polyvalents à roues à haute mobilité (HMMWV)

Plus de 100 véhicules tactiques légers

Plus de 20 000 000 de munitions pour armes légères

Plus de 200 générateurs

Des pièces de rechange pour les obusiers de 105 mm et d’autres équipements.

Ces 400 millions de dollars d’armes sont envoyés à l’Ukraine par le biais de l’autorité présidentielle de retrait (PDA), qui permet au président Biden d’envoyer des armes directement à partir des stocks militaires américains.

Le Pentagone est clairement en train de racler les fonds de tiroirs.

  • « Des munitions supplémentaires pour le NASMAS »

Le NASMAS est un système de défense aérienne qui utilise des missiles air-air réutilisés (AIM-120 AMRAAM à guidage radar actif) en mode sol-air.

Hier, un de ces missiles a été utilisé à Kiev mais a manqué sa cible. Il a touché un immeuble d’habitation et tué plusieurs personnes :

Le missile qui a frappé un immeuble d’habitation à Kiev aujourd’hui était un AIM-120C de fabrication américaine lancé depuis l’un des systèmes de défense aérienne NASMAS récemment arrivés, donnés à l’Ukraine au cours des derniers mois. La population locale a partagé sur les médias sociaux des photos de l’épave du missile. Bien que l’Ukraine ait accusé la Russie de cette frappe, il s’avère que le missile n’était pas russe mais américain et a été tiré par les troupes ukrainiennes.

Le fragment montré sur la photo porte le mot LIFT comme l’AIM-120C américain. Il s’agit d’un missile anti-aérien pour les systèmes NASAMS qui ont été récemment donnés à l’Ukraine. En analysant les photos que les citoyens ukrainiens ont publiées eux-mêmes, le missile qui a frappé leur immeuble résidentiel peut être facilement identifié comme étant américain.

  • « Des mitrailleuses lourdes avec viseurs à imagerie thermique pour contrer les systèmes aériens sans pilote. »

C’est un très mauvais signe. J’ai essayé de trouver des photos récentes de mitrailleuses utilisées en mode défense aérienne. Il n’y avait que des photos anciennes et cette photo modèle.

Agrandir

Il y a quelques décennies de cela, nous nous sommes entraînés à abattre des hélicoptères et des avions avec les mitrailleuses fixées au sommet de nos chars de combat. Malgré le fait que nous tirions depuis une plate-forme stable et que nous utilisions beaucoup de munitions, nos taux de réussite étaient vraiment minces. C’est pourquoi aucune armée que je connaisse n’utilise encore cette méthode. La plupart des drones utilisés en Ukraine pour la reconnaissance sont électriques. Il est peu probable qu’ils apparaissent dans un viseur thermique. Les drones iraniens à hélice, probablement fabriqués en Russie, sont chauds et font beaucoup de bruit. Ils peuvent être ciblés mais sont assez rapides et il faut agir tout aussi rapidement pour les attraper. Les drones kamikazes Lancet utilisés par l’armée russe en Ukraine volent bas et rapidement. Une équipe de mitrailleurs aura peu de chances lorsqu’un tel drone volera vers elle.

Les mitrailleuses que l’Ukraine recevra, sauf celles qui seront vendues au marché noir, ne peuvent pas être efficaces comme défense aérienne. Elles finiront probablement par être utilisées en mode terrestre pour défendre tel ou tel fossé de la ligne de front. Ils sont bons pour cela jusqu’à ce qu’un obus d’artillerie ou un véhicule de combat d’infanterie arrive et les détruise.

  • « Des munitions supplémentaires pour HIMARS »

Le HIMARS est l’arme merveilleuse qu’elle n’est pas. La portée de quelque 70 kilomètres est raisonnable, mais il faut aussi de très bonnes données de ciblage pour les utiliser. Les Russes ont tiré les leçons des premiers succès du HIMARS et sont devenus bien meilleurs pour camoufler leurs positions.

  • « 200 obus d’artillerie de 155 mm à guidage de précision »

C’est une bonne chose, mais là encore, il faut disposer de données de ciblage fiables. Ce qui est choquant, c’est qu’il n’y a pas d’autres munitions de 155 mm dans cette livraison. Que sont censés tirer les canons M-777, du moins ceux qui existent encore en Ukraine ?

  • « 10 000 obus de mortier de 120 mm »

Ce n’est pas beaucoup non plus. Auparavant, les États-Unis avaient donné à l’Ukraine 20 mortiers de 120 mm avec 135 000 cartouches de mortier de 120 mm. Les 10 000 nouveaux obus seront probablement utilisés en moins d’une semaine.

  • « Des missiles antiradiations à grande vitesse (HARM) »

Il s’agit de missiles air-sol utilisés pour cibler les radars ennemis. Ils ont été bricolés pour être montés sur les quelques avions de chasse SU-27 que l’Ukraine a reçus d’un pays d’Europe de l’Est. Selon certains rapports, les défenses aériennes russes frappent généralement ces missiles avant qu’ils n’atteignent leur cible.

Aujourd’hui, le New York Times rapporte qu’un de ces missiles, tiré en septembre, a touché un immeuble d’habitation à Kramatorsk :

Les journalistes du New York Times ont pu recueillir et identifier des fragments métalliques distincts laissés sur le site d’une frappe antérieure, en septembre dans l’est de l’Ukraine, ce qui permet de voir où les milliards de dollars d’aide militaire envoyés par les États-Unis à l’Ukraine peuvent parfois atterrir.

« Trois personnes ont été blessées, disent-ils. Aucun mort. Il a frappé un appartement où personne ne vit, et dans l’appartement voisin, des gens ont été blessés« , a déclaré Olga Vasylivna, une habitante qui vivait à côté de l’endroit où le missile a frappé.

Les camions que l’Ukraine recevra seront peut-être utiles, mais y aura-t-il assez de diesel pour les alimenter ?

20 000 000 de munitions pour armes légères, c’est encore presque rien. La charge de combat typique d’un soldat d’infanterie est de 240 cartouches. Les équipes de mitrailleurs transportent environ 6 000 cartouches. La ligne de front en Ukraine est longue de 1 000 kilomètres. Si l’on fait le calcul, on constate que ces 20 millions de cartouches ne représentent pratiquement rien.

Il existe actuellement un marché noir florissant pour les générateurs en Ukraine. Ces 200 nouveaux seront les bienvenus. Ils finiront très probablement à Lviv ou à Kiev.

  • « Des pièces de rechange pour obusiers de 105 mm et autres équipements »

L’histoire du soutien américain en matière d’armement pour l’Ukraine est celle d’une diminution de la quantité et de la qualité. Les États-Unis ont d’abord fourni 143 systèmes M-777 de 155 mm à l’Ukraine. Ceux-ci se sont avérés avoir un taux de casse élevé et étaient également facilement ciblés. Ensuite, les États-Unis ont épuisé les munitions de 155 mm qu’ils pouvaient donner. Ils ont ensuite offert 36 obusiers de 105 mm et 180 000 munitions de 105 mm. Même histoire. Puis vint le mortier de 120 mm.

L’artillerie est généralement combattue par la contre-artillerie. Lorsque le radar de combat repère un obus d’artillerie en vol, on peut calculer d’où il a été tiré. Ensuite, une batterie de contre-artillerie dédiée, généralement de plus longue portée, sera chargée de tirer sur cette position. Dans une unité bien organisée, cela prend moins d’une ou deux minutes.

Les canons M-777 ont une portée de tir d’environ 20 kilomètres. C’est à peu près égal aux canons de 152 mm utilisés par les Russes. Viennent ensuite les canons de 105 mm. Leur portée est d’environ 11 kilomètres. Le mortier de 120 mm peut atteindre environ 7 kilomètres.

Hormis les HIMARS, l’artillerie ukrainienne est devenue plus petite et a une portée inférieure à celle des systèmes utilisés de l’autre côté. Il sera donc plus facile de la contrer. L’Ukraine manque également cruellement de munitions pour les quelques armes qui existent encore. Elle a perdu depuis longtemps la guerre de l’artillerie.

La guerre en Ukraine se déroule à un niveau industriel. Mais l’ »Occident » et son mandataire ukrainien ne sont pas préparés à une guerre industrielle. Dans un article intitulé « c’est la guerre, Joseph, mais pas celle que l’on connait », Aurelian explique pourquoi c’est le cas :

Tout d’abord, une grande partie de l’impulsion politique pour l’Ukraine vient des pays anglo-saxons, dont l’histoire de la guerre, et la réflexion sur la guerre, est essentiellement expéditionnaire et limitée.

Le type d’opérations militaires que les Européens ont effectivement menées depuis 1945, et surtout depuis 1989, a eu tendance à suivre ce modèle.

Le deuxième facteur est simplement qu’en général, les guerres de l’Occident ont été des guerres à responsabilité limitée, où il y a eu peu de victimes dans leur pays.

Pour les Russes, la géographie imposait un ensemble différent de critères. Toujours un pays massif, avec une population relativement importante et de longues frontières, la nation a subi des invasions militaires étrangères à plusieurs reprises dans son histoire. Elle a l’habitude d’être obligée de se battre sur son propre territoire et, au cours de la seule Seconde Guerre mondiale, elle a subi près de trente millions de morts, dont une grande partie de civils. Ainsi, la défense nationale est littéralement une question de vie ou de mort, et la réflexion et la planification de la guerre se font à un niveau stratégique beaucoup plus élevé et complexe.

Cette expérience russe produit inévitablement une façon d’envisager les conflits qui est radicalement différente de celle de l’Occident, à l’exception des deux guerres mondiales où l’Occident lui-même a dû apprendre péniblement des leçons similaires, pour les oublier rapidement à chaque fois.

Les armées soviétique et russe ont une longue tradition d’étude des terribles guerres passées de leur pays, et une telle analyse permet de tirer un certain nombre de conclusions évidentes. L’une d’elles est l’importance du nombre, du personnel, de l’équipement et des munitions. Dans une longue guerre, que les Russes, contrairement aux Occidentaux, se sont toujours attendus à mener, ces éléments comptent énormément.

Jusqu’en 2012, il y avait une entreprise ukrainienne près de Kiev qui produisait encore des munitions d’artillerie pour la Russie. Je ne trouve plus le lien vers cette histoire, mais le nombre de munitions produites pour la Russie s’élevait à quelque 2 000 000 millions par an. L’Occident n’a aucun moyen d’égaler les stocks russes.

Gordon M. Hahn, expert de la Russie, se penche sur la prochaine offensive d’hiver russe. Ce n’est que grâce à un cessez-le-feu que l’Ukraine et ses sponsors pourront éviter la catastrophe à venir. Et ce pour trois raisons :

Premièrement, le marteau russe est sur le point de s’abattre sur l’Ukraine. Les stations d’énergie électrique, les ponts et même les « centres de décision » tels que les bâtiments du gouvernement central de Kiev sont pris pour cible. … Quelle sera la situation sociopolitique lorsque ces infrastructures critiques seront complètement effondrées et que les températures auront baissé de 20 degrés ? La Russie se rapprochera de la stratégie du « choc et effroi« , en détruisant entièrement toutes les infrastructures – militaires ou autres – comme les États-Unis l’ont fait en Serbie et en Irak, et prendra probablement moins de précautions pour éviter les pertes civiles.

Une fois les infrastructures complètement détruites ou neutralisées, les renforts russes de 380 000 soldats réguliers et nouvellement mobilisés se seront pleinement ajoutés aux forces russes dans le sud-est de l’Ukraine. … Une offensive hivernale d’environ un demi-million de soldats permettra de réaliser des gains substantiels sur ces trois fronts et de multiplier les pertes ukrainiennes en personnel et en matériel, qui sont déjà élevées. Cela pourrait facilement conduire à un effondrement des forces ukrainiennes sur un ou plusieurs fronts. Sur la base d’un tel succès, le président russe Poutine pourrait également tenter à nouveau de menacer Kiev…

Deuxièmement, l’Occident commence à fatiguer de l’Ukraine. Les réserves d’armes des pays de l’OTAN ont été épuisées au-delà du tolérable, et la cohésion sociale s’effondre face à une inflation à deux chiffres et à la récession économique. Tout cela fait de la Russie le vainqueur sur le plan stratégique et oblige Washington et Bruxelles à chercher au moins un répit par le biais d’un cessez-le-feu.

Troisièmement, le plus grand atout politique de l’Ukraine – Zelenskiy lui-même – vient d’être dévalué, mettant encore plus en danger la stabilité politique de l’Ukraine. … Pour l’instant, afin de garder l’Occident à bord, Zelenskiy pousserait le commandant des forces armées ukrainiennes Viktor Zalyuzhniy à lancer une dernière offensive pré-hivernale dans le nord de Donetsk (Svatovo et Severodonetsk) ou à Zaporozhe afin de mettre un terme aux murmures de l’Occident sur le cessez-le-feu et de regagner son soutien. Parallèlement, il est question de la poursuite des tensions entre Zelenskiy et Zalyuzhniy en raison de la bonne presse et du statut de star de ce dernier à l’Ouest. … Dans le contexte de la détérioration du champ de bataille et de la situation stratégique internationale, de telles tensions entre civils et militaires sont porteuses d’un risque de coup d’État. …

Nous atteignons peut-être le moment décisif de la guerre d’Ukraine. Plus d’électricité, plus d’armée, plus de société.

Tout ce qui précède et l’approche des élections présidentielles prévues à Moscou, Kiev et Washington l’année prochaine font de cet hiver un moment charnière pour tous les principaux partis en guerre.

En lisant les deux articles cités ci-dessus, j’en arrive à la conclusion que la guerre a été perdue ; tant par l’Ukraine que par ses partisans.

L’OTAN, déjà profondément impliquée, pourrait encore vouloir changer cela en se joignant pleinement à la guerre. Mais je ne pense pas que l’armée américaine, ni ses alliés européens de l’OTAN, auront le cran de le faire.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.
Adblock test (Why?)

Source : Lire l'article complet par Le Saker Francophone

À propos de l'auteur Le Saker Francophone

« Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent. »Un groupe de citoyens francophones qui désire faire partager au public francophone des analyses venues du monde entier et exprimées dans d'autres langues. Rendre accessible la pensée dissidente où qu'elle se trouve.Ce site est une émanation du Saker US mais avec notre propre sensibilité francophone.Nous n'avons pas besoin de vos dons, nous sommes tous bénévoles, mais vos talents sont bienvenus si vous avez des dispositions pour la traduction (anglais, allemand, russe, etc.) et aussi pour la relecture en Français

Réagissez à cet article

Recommended For You