Bolsonaro fait une première apparition publique, mais reste silencieux

Le président du Brésil Jair Bolsonaro est réapparu, après avoir passé des semaines reclus, et a participé samedi à une cérémonie dans une académie militaire, mais est resté silencieux, presque un mois après sa déroute électorale face au candidat de la gauche Lula, qu’il ne reconnaît pas.

Pour son premier évènement officiel depuis les élections du 30 octobre, M. Bolsonaro, un ancien capitaine de l’armée, a présidé une cérémonie de remise de diplômes des officiels à l’Académie militaire de « Agulhas Negras » (Aiguilles Noires) à Resende, dans l’État de Rio de Janeiro.

Vêtu d’un costume et d’une cravate sombres, le visage visiblement accablé de chagrin, M. Bolsonaro est resté debout aux côtés du vice-président Hamilton Mourao, et du ministre brésilien de la Défense, Paulo Sergio Nogueira, tous deux des généraux.

Mais celui qui doit quitter le pouvoir à minuit le 31 décembre, n’a eu aucun mot pour les quelque 400 aspirants officiers et autres personnes présentes au quartier général militaire.

« Permettez-moi de commencer mon propos en remerciant le président Bolsonaro pour sa présence, qui illumine l’évènement par sa présence ici », a déclaré le commandant de l’armée, Marco Antonio Freire.

Depuis la victoire dans les urnes de Luiz Inácio Lula da Silva, Jair Bolsonaro, 67 ans, est resté pratiquement reclus dans sa résidence officielle de l’Alvorada. Son agenda est allégé, ponctué d’une poignée seulement de réunions avec des ministres et alliés.

Ses comptes sociaux, sur lesquels il était très actif pendant sa présidence, sont restés presque un mois inactifs.
 

Trois jours après les élections, le président brésilien est réapparu dans une vidéo pour demander à ses sympathisants de « débloquer » les routes occupées pour protester contre le résultat du scrutin.

Depuis, le président de la plus importante nation d’Amérique latine ne s’est pas exprimé publiquement. Il n’a pas non plus assisté à la réunion du G20 à Bali, ni à la COP27 en Égypte.

Conseillers et alliés du président ont donné différentes explications concernant les absences de M. Bolsonaro, évoquant tout à tour une supposée « tristesse » après sa déroute dans les urnes, ou une infection bactérienne de la peau d’une de ses jambes.

Certains de ses sympathisants ont continué à manifester devant des casernes de différentes villes, demandant une intervention militaire contre le résultat issu des urnes.

Selon des médias locaux, Jair Bolsonaro a salué plusieurs sympathisants réunis samedi aux abords de l’académie militaire, rassemblés pour demander une intervention des forces armées « contre la fronde » dans les urnes.

À voir en vidéo

                    <p><strong><a href="https://blockads.fivefilters.org/">Adblock test</a></strong> <a href="https://blockads.fivefilters.org/acceptable.html">(Why?)</a>

Source : Lire l'article complet par Le Devoir

À propos de l'auteur Le Devoir

Le Devoir a été fondé le 10 janvier 1910 par le journaliste et homme politique Henri Bourassa. Le fondateur avait souhaité que son journal demeure totalement indépendant et qu’il ne puisse être vendu à aucun groupe, ce qui est toujours le cas cent ans plus tard.De journal de combat à sa création, Le Devoir a évolué vers la formule du journal d’information dans la tradition nord-américaine. Il s’engage à défendre les idées et les causes qui assureront l’avancement politique, économique, culturel et social de la société québécoise.www.ledevoir.com

Réagissez à cet article

Recommended For You